23/11/2017. La Vigie du Villard en novembre[en cours]

Vigie novembre 2017Novembre, la pluie est froide, la neige se rapproche, la solitude martèle la fenêtre de toit, et je m'étonne de cette lumière en bas... 

 

 

 

 

 

13/11/2017. Annulation de la lecture-musicale prévue à Saint-Denis dans le cadre de l'exposition de Jérôme Bouchard et Macha Poynder. « Nous musiquons & écrivons "hors-commerce", et c'est une grande chance car nous sommes libres. Nous le faisons avec humilité, sans ambition autre que le partage, la rencontre et la célébration de la beauté qui nous porte – toutes choses incompatibles avec la muflerie ordinaire et les tensions inhérentes à la nécessité de gagner du fric. Nous laisserons donc l'art et le commerce faire leurs affaires en paix sans gêner qui que ce soit. » Léo & Lionel.

 

  

11/11/2017. À l'abade entre deux gares : On ne pleure pas parce qu'un train s'en va...

Chambéry ParisÀ cette scène-là je reviens tout le temps, comme reviennent les vieux sur les lieux de l’enfance, les saumons à la source ou les rêves au rêveur. Faut-il la dire encore ? Le hasard a voulu que le train d’aujourd’hui parte du même quai, et que la place que j’occupe soit la même que naguère...  

 

 

07/11/2017. Jean-Marie Corbusier parle de La Route ordinaire sur le site Recours au poème. Merci à lui !

Couverture La Route ordinaire2(...) Le paysage décrit est un prétexte à dire autre chose de plus intime, de plus général ou de plus abstrait. Mais le paysage concret finit toujours par revenir comme s’il était point de repère. C’est une voix calme et posée, posée sur le monde dans son évidence et son interprétation (...), [et] tout un cadre de vie que dessine l’auteur, toute une philosophie sous-jacente, une manière de dire oui au monde par ses moindres détails qui nous élèvent vers une lumière pour étreindre la taille de la terre.

 

  

30/10/2017. La Vigie du Villard en octobre 2017.

Vigieoctobre2017Métamorphoses en octobre... Matin blanc. Lune blanche dans le ciel blanc, et le toit blanc lui faiblement. À voix blanche le merle tente un chant. Il se passe quelque chose.

 

 

 

30/09/2017. La Vigie du Villard en septembre 2017.

Vigieseptembre2017Quatre fragments arrachés au mutisme : La beauté - Sortir du bois - Les grandes découvertes - Des anges incertains - Trois degrés. 

 

 

 

 

24/09/207. Nouvelle rubrique, Le Clan du Nant - essai d'occupation néo-préhistorique... [En cours]

Clan04est le journal d'une expérience menée le long d'un Nant anonyme, en solo ou en compagnie de quelques survivants de la tribu des Invisibles... Voici donc : Premier repérage - Deux feux - Le chant du Nant - Le visage du Nant - Sans abri - Invisible - Le feu, la joie - Cérémonie d'automne - … 

 

 

  

23/09/2017. L'attente des images, Une fin d'été.

Une fin détéFins d’été, faim de loup, faim d’orages et de feu, fin ou début du feu. Ce jour-là mon paysage familier de châtaigniers, de bouleaux, de sapins et de trembles, a tremblé, a flambé, secoué par bien pire que le vent, que le feu...

 

 

 

28/08/2017. À l'abade en Dordogne, au hameau du Roc.

Dordogne2017 01Premier voyage de l’après sur cette pente descendante du grand décentrement. Premier voyage sans raison, sans illusion, que l’on fait quand même parce qu’on a dit qu’on le ferait – mais décentré, cette fois, poussé à la périphérie du cercle de sa vie...

 

 

 

27/08/2017. À l'abade en train, sept nouveaux trajets.

En train02Ce goût, ou ce dégoût, ou cette fatalité du départ qui fait qu’on se lève bien trop tôt après une mauvaise nuit, qu’on se retrouve sur un quai de gare, les yeux plissés face au soleil dont les verres fumés ne filtrent pas assez les rayons obliques, à piétiner parmi une foule d’inconnus hébétés ou bizarrement bavards, et que bientôt... 

 

 

 

17/08/2017. À l'abade à St-Pierre d'Albigny: "Le tilleul".

Lac de St PierreOn voit ici de grands nuages flous, de grandes montagnes bleues, et une myriade de tout petits humains aux corps desexués d’être trop nus mais que baignent néanmoins avec la même bienveillance l’eau froide du lac et le soleil ardent...

 

 

 

Passy 13 août 2017 bis

17/08/2017. L'entretemps, quelques mots de Passy - "Le chamois".

Embusqué face à un chamois débusqué, un pic noir en vol, un tétras-lyre, sous le haut plafond noir que percent les projos, j’attends et j’écoute...

 

 

 

16/08/2017. Notes du dernier voyage (2).

Dernie voyage 01Quelques images du Gard, du Gardon. Quelques échos surtout de quelques épreuves ordinaires, mais quand même cinglantes, et du grand souffle qui permet peut-être de les traverser sans "verrouiller, jamais, la vie à double-tour".   

 

 

 

23/07/2017. Journal des Bois gravés.

Intro JournalAprès l’échange « à distance » de L’attente des images, voici quelques traces rassemblées « in situ » et quasi en temps réel à Poitiers, chez Jérôme Bouchard, dans l’atelier des Bois Gravés... L'attente des épreuves - La belle endormie - That's a plenty - Quelques combats - Nos yeux de chats - Unhappy accidents - Les possibles - Le rouge-queue, le hasard et la chance - Rencontres hasardeuses - L'impossible - La transmission - Leçon d'encadrement - Moving out - Leçon de bulles - Leçon du graveur - Aux affamés.

 

 

14/07/2017. La Vigie du Villard en juillet.

Vigiejuillet201704Juillet court, pas pressé mais tout dédié à l’écriture, à la musique, au silence – et la Vigie éteint les feux, quitte sa nacelle et s’en va bricoler en soute. Trois fragments néanmoins : On parle - Clem'trane - Le Donjon, suivis de trois autres en quelque sorte délocalisés : Les ombres, le houx - Les sons n'ont pas de lieu - La nuit du 13 juillet ; et, en vidéo, le cérémoniel musical habituel (Oblivion).

 

 

13/07/2017. A l'abade en train : le train du "Grand Lent".

Le Grand LempsJ’attends le train pour le Grand Lemps – autant dire, le temps converti en tempo, lento, lento, avec aussi l’idée d’une certaine solennité, de quelque chose d’ample et de grave dans cette lenteur qui semble comme lestée par le poids des ans qui assagit, dit-on...

 

 

30/06/2017. La Vigie du Villard en juin.

Vigiejuin201705Je fauche un peu les herbes folles du jardin abandonné et puis, pleurant, éternuant, file me réfugier dans ma Cave à l’abri de l’été pour écouter Coltrane, attendre l'arrivée de mon sax ou rédiger ces notes : Mondes perdus - L'entrepôt - Le ruisseau contrarié - L'orage - La taupe - Le Saxophone - Le nid de l'aigle - Solstice d'été -  Solo en rouge - Le dernier bal.

 

 

25/06/2017. À l'abade dans le Bargy, avant l'orage...

Bargy juin 2017Dernières nouvelles du "grillon de l'automne" dans le Bargy, en juin... Il reste encore un peu de lumière, et l’écho des derniers bêlements accrochés à la page du carnet. Là-haut le vol du gypaète croise la trace de l’avion, dont le déplacement rapide donne l’impression que c’est toute la montagne qui part à la dérive.

 

 

25/06/2017. La salle est immense.

Divers fragments ajoutés ici ou là en cette fin d'année scolaire, dont le dernier qui évoque des éclats, des lames, quelques larmes...

 

 

09/06/2017. L'attente des images, "journal d'une plante carnivore".

Journal01
Je poursuis mon aventure parmi les images de Jérôme Bouchard, en modifiant un peu les règles (puisqu'il ne s'agit pas, cette fois, de gravures envoyées mais choisies sur le site de Jérôme, et dont je n'ai donc vu que des reproductions) pour cette septième livraison : sept fragments d'un très improbable "journal d'une plante carnivore" (un comble pour un végétarien...).

 

 

 

Rencontre à Thônes03/06/2017. L'aventure ordinaire, rencontre à Thônes, dans la rubrique vidéo.

Rencontre animée par Lionel Bedin et organisée par la Librairie des Aravis à l'Hôtel de l'Hermitage, sur le thème de l'"aventure ordinaire". 

 

 

 

31/05/2017. La Vigie du Villard en mai.

Vigiemai2017 02Quelques bribes encore pour ne pas perdre le fil, pour assurer la permanence, la transparence, rester à vif, voici : Offrande - Journal d'une plante - Des chiens et des hommes - "L'air semble plus léger" - Cadavres en mai - En ce jardin - L'étendue et le désastre - Golgotha - Tombeau du Loir - Ces bribes...

 

  

 

Léo et Lionel à La Rochette12/05/2017. La Route ordinaire à la Médiathèque Fabrice Melquiot (La Rochette), dans la rubrique vidéo, avec Léo à l'accordéon.

  

 

 

  

08/05/2017. À l'abade entre deux gares : un nouveau fragment.

Grenoble Pontcharra 5 mai 2017D’abord je me suis échappé, j’ai fait trois pas de côté et pris le large étroit – puis me suis égaré. Deux étrangers aussi paumés que moi m’ont demandé le quai B, quai B, et j’ai répété ainsi hébété que je cherchais comme eux le quai B, tant et si bien que ce sont eux qui ont trouvé et m’ont indiqué le chemin...

 

 

 

30/04/2017. La Vigie du Villard en avril, cinq nouveaux fragments.

Vigieavril201701Il y eut de belles lumières en ce mois d'avril ; des ombres terribles aussi, un fort coup de gel qui vieillit d'un coup les jeunes feuilles de l'actinidia, et le bref retour de la neige. Voici donc : Duke Ellington - Des rêves en avril - Leçons de ténèbres - Je jouais du violon - Dernier salut.

 

 

 

27/04/2017. À l'abade : Notes de Normandie.

NormandieComme la relecture de La Recherche du temps perdu entamée cet été m'y ramène ; comme je déteste avoir griffonné pour rien ; comme enfin cela me délasse d'autres activités d'écriture plus difficiles, voici ces quelques notes normandes prises à la va-vite en août 2016 et mises au propre ces jours-ci.

 

 

 

20/04/2017. Vidéo - Lettre ouverte aux quatre vents.

Image lettre ouverteVoici, en ce Vingt-Avril, une Lettre ouverte aux quatre vents mise en mots, en musique et en images vidéo (ce que j'avais d'abord en tête c'était Le Miroir de Tarkovski, quelque chose comme la quête de l'impossible dans l'observation fébrile des choses ordinaires – le résultat, réalisé à la hâte, est plus modeste, mais quand même fébrile, je crois...); voici donc cette lettre à l'"absente", à propos des possibles vertus de l'absence, façon de faire le point, de résumer le parcours, de regarder alentour et de rendre hommage à quelques écrivains qui me sont chers, au premier rang desquels Philippe Jaccottet.

 

 

 

05/04/2017. Interview pour "Sentiers d'auteurs", par Patrick Jagou, pour RTL 2.

 

 

28/03/2017. La Vigie du Villard en mars

Vigiemars2017paysagenoirMars. Le printemps avance, l’hiver recule, puis l’on inverse : un pas en avant pour l’hiver, deux pas en arrière pour le printemps, au rythme des claquements de queue des rouges-queues… Voici donc : La neige - Le brouillard - Le vent - La Mort à Venise - La route illisible - L'entraînement - Tout ce qui vibre - La fougère 

  

 

 

11/03/2017. La salle est immense : la salle en mars, quelques nouveaux fragments.

 

 

01/03/2017

La Route ordinaire

Parution de La Route ordinaire (Savoie-Isère, journal de la D207) aux éditions Livres du Monde, Annecy.

Proses, poèmes & divers fragments routiniers, avec 13 encres de Macha Poynder.

Collection « Mondes ouverts », 14x20.5 cm, 336 pages, 19.90 €
ISBN : 978-2-919117-34-5

Disponible auprès des éditions Livres du monde, sur les sites de vente en ligne et dans certaines librairies.

 

 

 

28/02/2017. La Vigie du Villard en février 2017. 

Vigiefévrier1703Février 2017 : clarté brève, comme chaque année, avec l’impatience de la débâcle et cette fois l’attente du livre terminé mais pas encore transformé en ce cercueil qui servira peut-être de barque pour passer… Voici donc : Sans tomber - Sans sombrer - Sans lambiner - Sans se blesser - Sans fatiguer - Sans enfants - Pas sans beauté - Le vertige - Deux cadavres - Tombeau du Bec-croisé - Sarabandes. 

 

 

 

17/02/2017. La Salle est immense.

CollègeneigeOn trouvera ici quelques nouveaux fragments ajoutés paresseusement, et avec un léger décalage, au chapitre de janvier : Le grand froid - I.M. - La neige - Le grand froid (2) - Le faucheux... ; et l'on trouvera plus loin le chapitre de février revu, corrigé et complété de quelques nouveaux fragments.

 

 

 

31/01/2017. La Vigie du Villard en janvier 2017

Vigiejanvier2017fenêtre01On entame ici tranquillement la dixième année de ce journal extime et informel, avec encore quelques bribes qui n'ont d'autre prétention que de garder traces... Voici donc : Matin de janvier - La liberté - Une épiphanie - Les lignes du froid - Contre l'oubli - Un baume - Un charme froid.  

 

 

 

31/12/2016. La Vigie du Villard en décembre 2016

Vigiedécembre2016vascaDécembre, cette année encore, est marqué par un temps terriblement stable, sec et lumineux ; décembre, cette année, est surtout le mois de la mort de Vasca... Voici donc, pour mémoire : La fin de la route - Vasca Vivant - Un bivouac sur la face nord - Cyclone - La route continue. 

 

 

 

29/12/2016. L'attente des images : Une genèse en hiver (fragments apocryphes ni saints, ni divinement inspirés)

Procession

 

Solstice d’hiver et tristesse : longues nuits, matins blancs de givre, lumière tranchante. Dans la caverne de la Cave je regarde s’écarter les ombres derrière les barreaux noirs. Simple adjuvant du Livre, officiant sans confiance, je me tapis dans cette grotte tapissée d’images.  

 

 

 

30/11/2016. La salle en novembre.

Salle22112016On trouvera ici quelques fragments nouveaux de mon journal informel des fenêtres de la salle de classe : Apparition - Les insectes - Une rencontre - Une femme à la fenêtre - La salle à la mer !

 

 

 

20/11/2016. La Vigie du Villard en novembre 2016

Vigienovembre2016neige

Nuit blanche, nuit tendue. Le couperet de l'hiver est tombé. On regarde les toits blancs, les branches lourdes des lilas. Coup de froid précoce, et coup de blues... Voici : Les derniers éclats - La grive et le givre - Le dernier jour - Dure à passer - « Vers le bleu » (Intéreur givre 2) - « C'est la fin? » - ... 

 

 

11/11/2016. À l'abade en train, Grenoble-Pontcharra.

Pontcharra Grenoblenovembre2016

Quelques lignes rajoutées à ce qui, avec le temps, pourrait faire une sorte de journal ferroviaire - ici sur la route de Grenoble, avec en tête les dernières chansons de Leonard Cohen et, au-devant, de belles perspectives... (J'en profite pour refondre quelque peu cette rubrique.)

 

 

31/10/2016. La Vigie du Villard en octobre 2016

Vigieoctobre2016arcencielSi le froid, cette année, vient plus vite, c'est peut-être parce qu'on n'a pas été assez attentif ? On n'a pas vu venir parce qu'on n'a pas regardé... Voici néanmoins quelques bribes : Le givre, l'intermittence - Impromptu n°9 - Danse hongroise n°11 - Le froid - Le Déluge - Les coulemelles - Les coulemelles (2) - La cave - Les jours heureux.

 

 

21/10/2016. À l'abade en Vanoise, sur le chemin du col...

Vanoisejuillet2016edelweiss

 

Dans la cabane les enfants, lassés des échecs, des cartes, des dominos et de tous les passe-temps, font grand tapage, pendant que la brume ronge le paysage : on la voit, à travers les vitres sales et striées de pluie, qui glisse dans la combe et fait trembler les fleurs...

 

  

13/10/2016. La salle en octobre

SalleoctobreLe vert des derniers souvenirs d'été, le bleu des premiers coups de froid, la splendeur éphémère des jaunes : la salle en octobre, aussi instable, aussi mouvante, aussi lointaine et colorée que leur adolescence... Voici, pour cette année : Premiers frimas - Dans la salle vide.

 

 

12/10/2016. Le Faon de Bedheillac, par Jérôme Bouchard

Faon2Je suis heureux d'accueillir cette fois les mots de Jérôme, pour un texte évoquant cet art préhistorique qui nous fascine tant... Un jour je résolus soudain le mystère des peintures préhistoriques, comme j’étais là à chercher mes cailloux. Il faut scruter un champ labouré à la recherche de jolis cailloux, de deux trois sortes...

 

 

30/09/2016. La Vigie du Villard en septembre 2016.

Lescoingsseptembre2016Septembre, et l’on s’étonne comme chaque fois de ce que les feuilles jaunissent et tombent. On marche sur les crêtes qui ont roussi. Entre deux courses je m’affaire au livre de la route, je guette les images. Tout cela déjà loin… Voici donc, pour mémoire, quatre tout petits fragments : Déjà - La leçon de piano - Les premiers coings - Embusqué. 

 

 

30/09/2016. L'attente des images, suite : Dix stations sur un chemin de feu (avec et à partir de onze gravures de Jérôme Bouchard). 

Station008

La nuit s’écarte pour laisser place au grand combat grotesque. Son double-sorcier, grenouille ithyphallique, chauve-souris famélique, fanfaronne devant la lionne-montagne au corps puissant de silice et de feu. C’est une belle scène de parade et de lutte...

 

 

28/09/2016. La salle est immense La salle en septembre...

salleseptembreJ'ai terminé le livre de ma route ordinaire, grâce auquel j'ai focalisé mon attention sur le trajet qui chaque jour m'amène au collège. J'aimerais à présent considérer avec plus d'attention ce qui se trame entre les murs ; je sais que c'est aussi la meilleure façon de ne pas se laisser piéger par la cataracte du banal... Voici donc : La vie même - Dans le noir - Le couloir -  L'homme de demain - Le havre.

 

 

17/09/2016. L'attente des images : La Dame des Poissons (avec quatre gravures de Jérôme Bouchard).

Skoodle Doo DooLes images ont longtemps dérivé avant de venir s’ancrer à ce port. Ce fut, pour elles aussi, comme un voyage initiatique. Elles sont nées de la nuit, dans l’opacité qu’on imagine frémissante d’un atelier où résonnait peut-être une musique marine. Une main en a tracé les traits que les lames ont creusés ; puis ce fut la nouvelle lune de l’encrage, la presse, l’attente...

 

 

16/09/2016. À l'abade : Attentes en été.

AttentesenétéJe me souviendrai de la lumière de six heures sur l’alignement des meules dorées, de l’attente place du Commerce, de Paris et de Sèvres, du train de nuit de la musique... Voici donc, en souvenir de Sèvres et Paris cet été et pendant que l'automne s'installe pour de bon, trois moments d'attente dans un square, une salle de spectacle, un train.

 

 

04/09/2016. La salle est immense : Adieux, en nos absences !

SalleeneteJe me souviens de cette dernière fois-là. L'idée de ne plus revoir certains de ces visages me peinait, ainsi que l’impossibilité de leur dire correctement au revoir parce que j’avais presque entièrement perdu la voix. Le dimanche soir, j’ai pris un micro et enregistré un texte que je pensais leur diffuser…

 

 

30/08/2016. La Vigie du Villard en juillet-août

Vigieété2016Quelques bribes d'une sorte de journal de retraite, pas pour se mettre en scène (ou si peu...) mais juste pour ne pas perdre le fil, garder trace, garder le cap, encore... Voici donc : Notes de retraite - Karma-yoga - L'interruption - La distraction - Les visites - Le soir - Le passé - La tempête - La discipline - La fête - La confusion - Les fruits - Les chats - Le bocal - Les disparitions - La lumière.  

 

 

29/07/2016. Sorties de route en juillet

Routejuillet2016autoportraitLa route en juillet : forcément brève, bientôt interrompue, faite seulement d'interruptions. Moins de mots, moins d'images, et les oiseaux aussi chantent moins. Quelque chose, cette fois, s'achève pour de bon. On prépare néanmoins ses fruits. Voici donc : La bascule - Le calme - Pas vu, pas dit ? - Les routes des derniers retours - Cercle et spirale - Le silence - Le dernier concert - Un pas de plus. (Fin de la rubrique.)

 

 

30/06/2016. Sorties de route en juin.

Routejuin2016rougeJuin. La fin, dont on voudrait tenter de traire un enseignement ! Les derniers bouquets, avant l'enfournement, l'été. Le temps des roses et des éclairs. Feux nos feux. Pauvres de nous ! Voici : La route aux roses - La route rouge - Quintet de la petite plaie - Continuer seul - L'herbe à chute - La route porte-voix - La route à quatre cônes. - Paroles en liberté - Roulons sous la pluie - La route porte-voix (2) - Un caillou a roulé - La route est coupée - Perdu ! - Perroquet & fiction - In extremis - Route limpide - Rouler au soleil - Le labyrinthe - L'équilibre.

 

 

26/06/2016.  La Vigie du Villard en juin.

Vigiejuin2016violonD'abord, les averses, les orages, l'asphyxie, la fin des lilas ; puis tout s'apaise, par la grâce des mots, d'un final réussi, d'un changement de météo ou de molécule... Voici donc : Le tranchant du réel - Ulysse aux Enfers - Premiers grondements - L'échec du rêve - Solstice d'été.

 

 

22/06/2016. L'attente des images, nouveau fragment pour le solstice d'été : Les failles de la montagne.

 

  

03/06/2016. Nouvelle rubrique: L'attente des images, avec Jérôme Bouchard. 

Talweg Yoddle medaillonUne nouvelle rubrique accueille désormais les traces de la petite promenade graphique et verbale entreprise en compagnie amicale du graveur Jérôme Bouchard. « Encore une rubrique ? » diront, peut-être, les quelques lecteurs qui me font l’honneur de venir de temps en à autre me rendre visite... Oui. Voici, malgré le risque de dispersion, une autre section de l’Atelier pour un autre projet. On m’a quelquefois demandé de proposer ici un choix de textes représentatifs de mon travail pour en faciliter la découverte. À l’exception peut-être de la rubrique « la Cave », je m’y suis refusé : les choix, je ne les fais que pour l’élaboration finale des livres. Ce n’est ici qu’un « atelier », où j'accumule dans un fouillis organisé les ébauches, les esquisses, les œuvres presque achevées. Pour y voir plus clair, on peut toujours cliquer sur l’onglet « L’Atelier », qui présente les rubriques ; et, sinon, naviguer au hasard des « images ».

 

 

Ville et géopoétique02/06/2016. Parution de Ville et géopoétique

Je salue avec joie la parution aux éditions L'Harmattan de ce livre consacré à une approche géopoétique de la ville, auquel je participe en tant que lecteur-amoureux de Jacques Réda (chapitre "Rôder avec Réda"). Un beau souvenir de belles rencontres à Paris, en juin 2014... 

 

 

 

 

31/05/2016. Sorties de route en mai 2016

Routemai2016pneu2Je savais que cela arriverait tôt ou tard : l’anicroche, la panne sèche, l’incident, l’accident qui fait que tu te retrouves à piétiner sur la route où tu roulais – et tu t’étonnes alors des distances et de la lenteur du monde… Voici donc : Ma route de mai - Sortie de route - Sisyphe en carrosse - Le martinet - Abattis, 7h43 - Les beaux détours - Dans l'ornière - Trois enfants - Malgré l'été - Nos routes sous la pluie - Parapets et chemin de traverse - Certains matins - Aujourd'hui et demain - Je te parle encore - La fin de la route - Haïkus de mai - Tu ne vois pas - Derniers souffles de mai.

 

  

BiennaleAmeriqueduSud328/05/2016. Leçons d'Amazonie... à la Biennale de l'école d'Arts d'Allevard consacrée à l'Amérique du Sud. Un grand merci pour l'excellent accueil et cette journée riche en rencontres. On trouvera en rubrique "vidéo" l'enregistrement de la lecture, avec quelques extraits de L'éloignement. 

 

 

16/05/2016. La Vigie du Villard en mai 2016

Vigiemai2016Jours de mai, jours frileux et venteux. Pendant que les lilas refleurissent, pendant qu'on flâne le long du ruisseau, qu'on regarde les insectes ou qu'on reprend le chemin de la Capitale pour épauler le jeune musicien, des fous furieux apprennent la haine et la violence à d'autres enfants, préparant ainsi l'avènement d'une nouvelle génération de monstres... Voici cependant : Des ombres sur le carnet - Jean Follain et le Carabe à reflets cuivrés...

 

 

27/04/2016. Sorties de route en avril 2016

Routeavril2016Quelques fragments vite arrêtés pour saluer les premiers pollens et quelques bêtes sauvages ou domestiques... Regarde - Tout va bien - Les oies - Tombeau des Amphibiens - L'indifférence - Parler, se taire - Neige d'avril - Toxoplasma gondii - Ce que disent les signes - La voiture du Docteur Caligari.

 

 

 

21/04/2016. La Vigie du Villard en avril 2016

Vigieavril2016cerfvolantFragments de saison et premières bribes d’une série appelée à se développer, dont je ne sais où elle nous mènera mais qui correspond à un vieux rêve de retrouvailles avec les « images ». Voici : Les bourrasques en avril - L'attente des images (1), avec Jérôme Bouchard - Place à... - Recyclages - Apprendre à perdre. 

 

 

  

31/03/2016. Sorties de route en mars 2016

Routemars201601Martiale ou muette, vive ou voilée, voici que s'ouvre la route de Mars, en ce début de printemps... La route de mars - Pour un printemps - Court-métrage - Un lit funéraire - Des rêves de glace - Plus de lumière - Naissance et mort d'un chant - Les oiseaux de ma route - Hors-champ - Neige et brouillard - Pas si facile ! - Rêve de route - La confusion - Tous ces troncs abattus... - Les maisons de ma route - La pluie froide - Chante encore ! - Personne - "Le Printemps" de Piazzolla. 

 

 

30/03/2016. La Vigie du Villard en mars 2016

Vigiemars201613Mars est là, avec sa neige tardive, sa lumière franche, ses clameurs. La Vigie, cependant, est aux abonnés absents, occupée à écrire les pages d'un Almanach routier tourné vers hier. Pour mémoire, par peur du vide, regret de tout ce qu'il aurait été bon de dire et refus de ne laisser de ce printemps commençant qu'une offensante lacune, voici tout de même ces quelques lignes griffonnées à la hâte : Léo, la grêle et l'accordéon - Trop tard - La lune - Je ne sors pas... - Les heures d'or - La voix à l'interphone - L'odeur de l'herbe.

 

 

29/02/2016. Sorties de route en février 2016

Routefévrier201601Février sera bref et lumineux, sans doute. On s’attend à des retours de l’hiver, bien sûr, mais l’on accueille pour l’heure sans crispation toute la lumière qui vient et même – tout ce qui vient, les maladresses, les redites, les ombres, les silences et les mots de la route, heureux simplement de pouvoir ainsi repartir. Voici donc : Repartir - Tout ce qui éclaire - À tous les marins ! - À tous les trappeurs ! - Le voyageur du temps - Au théâtre - Beauté cachée - Fines lignes - Un raccord.

 

 

27/02/2016. La Vigie du Villard en février 2016

Fenêtre pariétale

Tournent la neige, la pluie, les nuages. Les ouvriers travaillent à refaire le toit détruit par l’incendie, et bon an mal an je m’affaire au livre de La Route ordinaire, ne m’interrompant guère que pour quelques impromptus en forme de sonnets, ou la musique, ou des travaux de peinture... Voici donc : Impromptu n°6 (fenêtre pariétale) - Impromptu n°7 (petite marée) - Impromptu n°8 (un sourire à la fenêtre) - La Route ordinaire - Projections - La fin en février - Épilogue à L'Éloignement.

 

 

20/02/2016. La salle est immense !... mais pas toujours.

Sallehiver2016Faire cours, c'est tenir ? J’ai voulu, utopie sans doute, faire de la classe un poème ; qu’elle soit un espace offert à la parole, ouvert sur le monde, où une certaine exigence et une certaine gravité soient possibles, où la rencontre avec la beauté soit possible, où un questionnement profond sur soi, sur le monde et sur ce que l’art peut apporter de vrai, soient possibles... 

 

 

 29/01/2016. La Vigie du Villard en janvier 2016

Vigiejanvier2016On sent bien que quelque chose de neuf est ici inauguré alors qu’on n’y croyait pas tellement, alors qu’on était même plutôt enclin à se complaire dans un fatalisme prématuré : tout commence. Voici donc : Trop tard, tout commence - Nuit de neige - « Je ne feins plus...» - Impromptu n°1 - Impromptu n°2 - Impromptu n°3 - Dernières nouvelles des Paradis - Impromptu n°4 - Impromptu n°5 - L'écriture ou la vie !

 

 

28/01/2016. Sorties de route en janvier 2016

Routejanvier201604Tout recommence dans ces improvisations confuses de la nuit, de la neige, de la pluie, du brouillard, de la route et de ta voix, en ces départs nocturnes qui rendent plus floues les limites entre le rêve et la réalité. Tu ne sais plus où tu t'en vas... Voici donc : Un rêve lucide - Juste la nuit - Une vision étroite - Les ombres - Le vent - Des bribes - Échappée belle - Hibernation - Contrastes et limites - Premier regard - La prose des frontières invisibles - De la bonté des astres (la lune) - La route coule - De la bonté des astres (le soleil) - Route en ré majeur - Route en si mineur.

 

 

15/01/2016. Pontcharra-Dijon, notes du pays blessé 

TER

Les corneilles marchent dans les champs verts et la lumière poudreuse comme si l'hiver n'était pas encore arrivé. Dans ce train presque désert, ballotté mollement entre une aquarelle un peu floue à main gauche et un pastel apaisant à main droite, je lis, dans Calme feu, notes d'un voyage fait par Jaccottet en Syrie et au Liban, cette évocation du « silence des mosquées quand elles n'abritent que du recueillement…» 

  

 

 

Hôtel Voguë Dijon06/01/2016. Interview sur Radyonne dans l'émission littéraire "Wagon-livres" de Yannick Petit, réalisée dans le cadre des vingt ans des éditions Mutine le 28 novembre 2015 à l'Hôtel de Voguë à Dijon. Merci à Yannick Petit et, encore, du fond du cœur, à Marie-Thérèse Mutin (photographie ci-contre : Laurent Vignat).

On peut réécouter l'intégralité de l'émission ici (et l'extrait me concernant à droite).

 

 

  

28/12/2015. La Vigie du Villard en décembre 2015

Vigiedécembre2015familywriterDécembre, cette année, ressemble à un octobre trop lumineux, ou à un mois de mars aux journées écourtées. On ne sait plus bien si l’hiver est passé, ou s’il va arriver. On manque de repères. Pour en retrouver sans doute, ou bien par habitude, je continue à griffonner, entre deux balades, deux concerts, deux répétitions, pris comme beaucoup dans ce petit train-train familial qu’on aurait bien tort, à mon avis, de dénigrer, car il est un excellent véhicule pour parcourir le monde. Voici donc quelques dernières bribes d’un « family writer » assumé (que l'on voit ci-dessus en plein "bouleau"): From a family writer - Œil crevé, tympan blessé… - « Et tout le possible des nuits… » - Les ombres - Retour à Pragondran.

 

 

21/12/2015. La Vigie du Villard en décembre (2008-2014).

Vigiedécembre2009En ce décembre sans neige ni gelées où tout baigne dans un soleil de fin du monde, j’achève la mise au net de ces quelques fragments détachés des années écoulées depuis l’installation au Villard de La Table. Je fais défiler mes ombres sur l’écran: ces images de chats, de travaux terminés, d’enfants qui ont grandi, de parents disparus, et ces images de neige aussi qui contrastent avec l’étrange saison que l’on vit à présent. C’est un cycle de deuil, en un sens, qui se referme provisoirement ici – ou juste une façon de se convaincre de ce que le temps a bel et bien passé... Voici donc: La Vigie en décembre 2008, en décembre 2009, en décembre 2010en décembre 2011en décembre 2012en décembre 2013 et en décembre 2014.

 

 

20/12/2015. Sorties de route, décembre 2015

Routedécembre2015lesilenceEn ces premiers jours de décembre, la panne et le doute guettent. Je continue quand même, m’accrochant aux « choses vues » comme le musicien s’accroche à ses gammes malgré la migraine ou la crampe. On ne peut pas être continûment en éveil, mais on peut suivre assez continûment une discipline qui en maintient la possibilité... Voici donc: Choses vues - Le silence - La panne - Les glissades - Les lueurs - Notes de la route aventureuse - Notes de la route étroite - Le silence (2) - Rondeau - Route en la mineur - Route en sol majeur - Dernières notes de ma route ordinaire - Tu traces. 

  

 

30/11/2015. Sorties de route, novembre 2015

Routenovembre2015étéindien

Je reprends la route, attentif autant que faire se peut à ce qui demande à être dit, « disant le peu que je peux dire », avec toujours la conscience d’en dire trop, ou trop peu, et en tout cas toujours trop vite, pris par le temps, pris par la route et ne pouvant pas revenir en arrière puisque c’est la contrainte qui m’est imposée, et que « je ne veux pas tricher ». Voici donc : L'été indien - La route gigogne - La route en aveugle - Moins de feuilles - Les fausses routes - La route sans voix - L'hiver dans la plaine - La route de la paix - À nu - Un poème pour rien - Dernier voyage avant... - La neige - Le froid - La lenteur - Le gris - La lumière - La fatigue. 

 

 

30/11/2015. La Vigie du Villard en novembre 2015

Vigienovembre2015bourrasquesLa Vigie du Villard en novembre 2015 n'aura laissé presque aucune trace (pris par d'autres travaux, j'ai un peu négligé le carnet qui me sert de journal non-intime). Tout de même, quelques lignes en mémoire de ces moments troublés...

 

 

 

22/11/2015. La Vigie du Villard en novembre (2008-2014).

Vigienovembre2010Avant-dernière étape du compte à rebours, voici donc ces notes de novembre d'inégale valeur (comme toujours), posées ici dans un coin de l'atelier pour servir plus tard, si nécessaire, à de véritables compositions : La Vigie en novembre 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014

 

 

 

15/11/2015.  À l'abade en Chartreuse : La guerre grondait dans les lointains... 

Graniernovembre2015

Les avions grondent dans les lointains, comme l'écho d'un désastre qui s'atténue et finit par se taire. 

Silence. 

Grand silence...

 

 

  

28/10/2015. Sorties de route, octobre 2015.

Routeoctobre2015avantneigeJe m’impose ce défi : faire de chaque trajet un poème et, pour ce faire, écrire un poème à chaque trajet. Voici donc : La langue d'oc - Petit rictus - Les moires, la mémoire - La route sans mémoire - Le grand désir - Répétition générale - La route sombre - Avant la neige - Kokoro - Route de nuit - Floraisons tardives - Fête nocturne.

 

 

26/10/2015. À l'abade en Chartreuse: Les Cruz, avril 1996.

Le GranierCe n'est ni par manie, ni par nostalgie que j'exhume les traces de cette lointaine escapade en Chartreuse, en laquelle on peut lire le premier mouvement du Grillon de l'automne comme de L'éloignement. Je prépare la suite, voilà tout (en l'occurrence un petit livre alpin). À suivre donc... 

 

 

25/10/2015. La Vigie du Villard en octobre (2009-2014).

Vigieoctobre2011Le compte à rebours de ma petite rétrospective à travers les traces de huit années de vigilance intermittente s'achèvera dans deux mois, et une autre période alors s'ouvrira... Mais voici, pour l'heure et pour octobre : La Vigie du Villard en octobre 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

  

 

24/10/2015. La Vigie du Villard en octobre 2015 

Vigieoctobre2015Voici, en ce mois d'octobre brouillardeux et grisonnant, quelques fragments mêlant comme souvent fruits et musique, arbres et fantômes, rêve et réalité, ouverture et crispation, dehors et dedans... : Cérémonie d'automne - La cueillette des kiwis - L'éclipse - Piège à fantômes - Le tableau.  

 

 

 

20/10/2015. À l'abade en Vanoise : le fond d'Aussois (1998-2015).

Aussoissept2015LionelUne fois encore je fouille les vieilles images dont le temps a trafiqué les cieux. Je fouille, puis je mélange, je me promène comme on se promène au fond de soi sur les sentiers de la mémoire, d’un pas d’abord pesant, puis de plus en plus léger à mesure qu’on approche du col et que se lève la brume…

 

 

19/10/2015L'entretemps d'une rencontre... 

Michel Butor et Lou GonthierLa traversée sera courte... puisse-t-elle durer toujours ! 

La route, le témoignage, les lettres, le temps... au Salon du Livre d'Hermillon le 10 octobre 2015 (ci-contre, Lou Gauthier et Michel Butor). 

 

 

06/10/2015. La salle est immense... en automne.

Salleseptembre2015fuméeQuatre nouveaux fragments ajoutés : "Iceberg", "L'incendie", "Premier matin" et "La poésie, c'est voir!" Parfois il se passe des choses étranges dans le secret de la salle. Une part de cette étrangeté est préméditée, répétée, réfléchie au fil des années, et une part nous échappe…

 

 

30/09/2015. Sorties de route, septembre 2015.

En ce septembre neuf tout semble soudain assez vif pour que spontanément s'allument les flammèches du Routeseptembre201502poème. Voici donc : 1er septembre - Cantate interrompue - Dialogue avec la route - Premier frimas - Attrapé au vol - Les travaux - La ligne blanche - Passé l'orage - Solo de septembre - La route ou la vie - La route et "L'eau vive" - La tristesse - Des préparatifs - Voir vraiment - La joie - Route sérielle, musique ouverte - La route jaune - Ma route royale.

 

 

26/09/2015. La Vigie du Villard en septembre 2015.

Vigieseptembre2015douceur2Septembre file, tout enrichi ou troublé par le limon des septembres passés et à venir, et je continue à charrier des mots, des notes, des silences... Voici donc cinq nouveaux fragments ajoutés au puzzle : Le cassenoix - La douceur - Il pleut dans ma chambre - Éloge du poisson rouge - L'enfant au livre.

 

 

16/09/2015.  Histoire à la fois de regarder en arrière et d'anticiper sur l'hiver, voici une page À l'abade à La Féclaz en janvier (1996).

 

 

15/09/2015. À l'abade à Pragondran (notes anciennes, 1995-2000).

Pragondranoctobre1996Rassembler ici des notes d’il y a vingt ans c’est remuer des cendres, je sais bien, et refaire vainement la cérémonie de la dispersion. C’est triste, c’est funèbre, cela ne me rendra ni mon enfance, ni ma jeunesse, ni rien. À parcourir à nouveau ces lignes me brûle pourtant, ici ou là, la braise d’un souvenir si vif que c’est comme si j’y étais, comme si le temps et l’espace se trouvaient un instant abolis, comme si…

 

 

11/09/2015. La Vigie du Villard en septembre (2008-2014).

Vigieseptembre2012montagneEt se poursuit ce compte à rebours de la mise au Net des notes accumulées depuis l'arrivée au Villard, façon de revivre la lente approche de la fin, d'en franchir la frontière et de repartir. Voici, pour aujourd'hui, la Vigie en septembre 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

  

 

05/09/2015. À l'abade dans le Beaufortain, pour une neuve jeunesse (août 2015). 

Neuvejeunesse04Premières rousseurs sur les crêtes brûlées, derniers panaches dans le ciel sans éclat... voici les traces d'une petite randonnée alpestre en cinq étapes : la route, le ruisseau, la forêt, le col, le sommet...

 

 

 

02/09/2015. Sorties de route en août 2015.

Routeaoût2015sauvage« La route en août n'existe pas. Je ne la parcours pas, je n'en parle pas... »

Voici pourtant quelques fragments que je lui emprunte : La route en août - Des bêtes et des gens - Un dimanche matin - Les migrants - Cultiver le sauvage. 

 

 

31/08/2015. La Vigie du Villard en août 2015.

Vigieaoût2015Tout ce mois d'août, et ces lignes tissées à partir de lui, n'auront peut-être été qu'une série de tentatives pour regagner un versant moins sombre de la vie... Voici donc : Fête d'août - La lumière descend la montagne - Le trou - Les failles - Sur le versant clair de nos vies. 

 

 

29/08/2015. À l'abade pour un retour au bonheur des Aravis... 

Aravis2015Je n’étais pas revenu dans les Aravis depuis longtemps, et je n’avais jamais assisté au festival de spectacles pour enfants « Au bonheur des mômes » : c’était, en cette fin d’été, le moment où jamais, et ce fut un moment de bonheur pas du tout galvaudé. En voici quelques traces…

 

 

 

Allevard0223/08/2015. Premier prix littéraire pour Le Grillon de l'automne (catégorie "récit poétique") au 8ème Salon du Livre d'Allevard ! Merci pour l'accueil au salon, et merci aux lecteurs qui ont choisi le livre... On trouvera une évocation de cette journée dans la rubrique L'entretemps : Les Attentifs.

 

 

 

22/08/2015. Premier concert pour Léo et son père au festival d'accordéon de Beaufort : on en garde une trace dans la rubrique vidéo... 

 

 

19/08/2015. À l'abade plus loin, Octobre à Barcelone (2014).

BarcelonesoleilcouchantAvec le recul on constate que ce voyage semble appartenir à un passé plus ancien, à cet autre versant de la vie qui était celui où ma mère était en vie ; ainsi le soleil qui vient de disparaître à l’horizon continue-t-il un moment d’éclairer ici ou là un sommet, le faîte d'un sapin, les martinets en vol...

 

 

18/08/2015. À l'abade plus loin, notes de Madère (été 2013)

M06
Se replonger dans les images de ce dernier voyage à Madère, c’est revenir en rêve dans un Paradis évidemment perdu mais c’est aussi, si l’on regarde bien, constater que la perte était déjà là, partout présente, comme l’ombre accrochée à la lumière. Il n’y a pas de Paradis !
 

Voici donc : 33° centigrade - Non-lieu - Dans la carlingue - Sous la bruine - Petit bout du monde - L'homme en milieu hostile - Retrouvailles - Cérémonie d'été - Levada do Norte - Marée haute - À l'heure dite - Aux rendez-vous ratés - Au cœur du rêve - Ce rêve d'île - Les débris du rêve - La chambre - Ruta antiga - Faixal - Funchal - Jour tranchant - Pendant que le coq - Retour à Sao Lorençou - Une vanité - L'île nous échappe - Recevoir la bonté - D'accord, l'écriture... - Les cétacés - Instantanés - Dernières images - Ciel brouillé... - Entre deux gares.

 

 

16/08/2015.  À l'abade à la limite entre Beaufortain et Tarentaise, cette page d'août 2014 : Solitude, avec échos. Je refonds en grande partie la rubrique en question pour permettre d'accueillir les (nombreux) textes en attente et commencer (enfin) un travail qui me tient à cœur... 

 

 

16/08/2015. Paris, pour apprendre (notes de carnets, juillet 2015). 

Parisjuillet201506Retourner à Paris ce n’était pas par nostalgie, mais pour tenter encore et autrement de vivre tout ce qui se donne à voir sans chercher à le garder, à le regarder pour plus tard. Prendre notes, dès lors, n’est pas prendre mais donner, se donner, se rendre disponible à ce qui est donné...

Voici donc, dans la rubrique À l'abade :  On tourne ! - Dans l'arène gauloise - Au square - Lumière de Bonnard - Au Parc Montsouris - À Versailles - La Vigie du XIVe.

 

 

14/08/2014. Au Col du Petit Chaos, nouvelle page à l'abade (Lac d'Émosson, août 2014).

 

 

12/08/2015. Les chemins du sauvage, notes d'Ardèche.

Dans ce texte composé d'une introduction et de cinq fragments (Sur la route arrêtée - Au Pont d'Arc - Chapias, le grand sommet - Rue des Tournelles - Au Bois de Païolive) et intégré aux sections "à l'abade" et "la cave", je reviens une fois encore sur l'art pariétal en général et la réplique de la Grotte Chauvet en particulier, le compte rendu indirect de cette visite n'étant pas distinct de l'escapade ardéchoise elle-même... Ce texte fait suite à "Pariétales", "Au Fort de l'Esprit" et "Aux frontières de la mémoire".

 

 

12/08/2015. Notes de l'entretemps, salles d'attente... aux urgence. Un fragment d'avril 2009 oublié, rajouté aujourd'hui. 

 

 

10/08/2015. Aux frontières de la mémoire (Douvaine, Genève, Bernex, Ferney, avril 2015), nouveau texte de la rubrique "à l'abade" (mais je le range aussi à "la Cave" car il fait suite aux deux textes précédents). Ce texte qui louvoie à la frontière franco-suisse sur les lieux de l'enfance est l'occasion d'une visite guidée de la Maison de Robert Hainard en compagnie de son fils Pierre Hainard, mais surtout d'une petite exploration d'un certain nombre de "frontières": entre le passé et le présent, les vivants et les morts, soi et l'autre, le mouvant et l'inerte, l'intime et le vaste, l'enfance et l'âge d'homme, l'humain et l'animal, etc. – frontières dont l'art et l'escapade peuvent permettre de ressentir le caractère poreux et incertain, mais frontières quand même...

Robert Hainard enfant, peint par son pèreLouvoyant à la frontière on passe et repasse des postes de douane aux barrières relevées que signalent à peine de vieux panneaux ou des guitounes vides. D’un côté de la frontière les images sont vives, le passé parle et s’incarne encore ; de l’autre côté (mais on va de l’un à l’autre sans crier gare) les images sont mortes, le passé muet et on se contente d’avancer avec inattention. On sort. Un héron gris raye de la ligne droite de son vol nos circonvolutions. On entre. L’échine douce du Jura tremble dans l’air brouillé où tout semble à nouveau faire signe et sens. On sort. On finit par ne plus savoir de quel côté de sa vie on se trouve, du dehors ou du dedans, de l’endroit ou de l’envers, de l’âge d’homme ou de l’enfance, de la Suisse ou de la France.

 

 

 09/08/2015. Nouvelle rubrique : La Cave.

La Cave est une grotte artificielle idéale pour conserver les fromages... Dans cette nouvelle rubrique, je dépose pour commencer deux textes déjà formés mais en cours d'affinage, que je ne peux mettre nulle part ailleurs et qui correspondent aux parties 2 et 3 du manuscrit Derrière les lignes. (Mes propres images de caves à Beaufort ayant été détruites, la photographie de cette belle cave est empruntée au site La passion du fromage !)

Pariétales, notes des grottes est un cheminement à travers les grottes de Dordogne, visitées à plusieurs reprises avec un enthousiasme extrême. Par-delà l'enthousiasme et cette fascination pour l'art préhistorique que nous sommes nombreux à partager, il s'agit peut-être avant tout de poser la question : que pouvons-nous faire aujourd'hui, individuellement et collectivement, à partir de cet art pariétal qui nous parle si fort, mais dont on ne sait pas exactement ce qu'il nous dit ? Comment répondre à cet appel et en faire un chemin de vie ? J'avais dans l'idée de consacrer à ce sujet un petit essai mêlant poèmes, évocations des grottes et réflexions diverses (cela se serait intitulé Passez par les grottes!) ; en voici un résumé sensible, qui, j'en rêve, pourrait servir de base à un petit recueil paléolithiquement illustré.

Le Fort de l'Esprit, écrit dans la foulée pendant un long séminaire orchestré par Fabrice Midal dans un Fort Vauban jurassien, dit cette même recherche d'« un signe (...) qui aide » et qui soit surtout « à la hauteur du trouble » (Michaux) ; il dit le désarroi intime, la désorientation, la claustration dans ce lieu à la fois ouvrant et enfermant, totalitaire et total, exposé et protégé ; il dit l'illusion et la salutaire désillusion, l'éclatement du « Sans-Repère » et la réorientation qui s'en est suivie. Ayant retrouvé sa place (assis à sa table) le narrateur quitte l'enseignement du Dharma pour ne plus suivre que sa plume et la piste des chamois...

 

 

09/08/2015. La Vigie du Villard en août (2008-2014).

Suite de la rétrospective, avec ces pages ôtées à l'arbre de l'été : La Vigie du Villard en août 2008, en août 2009, en août 2010, en août 2011, en août 2012, en août 2013 et en août 2014.

 

 

 

31/07/2015. La Vigie du Villard en juillet 2015.

Quelques textes plus ou moins crépusculaires, jusqu'à l'apaisement (sinon l'harmonie) final : Le grillon de l'été - Le bal des têtes - Silence, écoute - Qui crie ? - Le vampire du Villard - La nuit nous porte - Cérémonie d'été - Drouot - Des préliminaires - Harmonie finale.

 

 

30/07/2015Souvenirs de scènes : quatre nouveaux fragments.

Voici, pour poursuivre ces évocations de spectacles, deux rêves et deux concerts (récents) de Dominique A pour un voyage entre la déception et l'envol, entre le rouge et le gris, entre Paris et Éléor : Un rêve (3) - Un rêve (4) - Voyage à Éléor (pour revenir au monde?) - Dans l'arène gauloise. 

 

 

28/07/2015. "Dans l'ornière", un fragment ajouté à la rubrique L'entretemps, parkings et bords de routes...

  

 

27/07/2015. Sorties de route en juillet 2015.

On peine à s’arrêter – on a de la peine quand il faut s’arrêter. On aspire au départ et puis, le moment venu, on cherche à prolonger. Voici donc, en guise de post-scriptum, quelques nouveaux fragments empruntés à juillet : La route en juillet - Dernier aller - Le temps flexible - Une scène vide.

 

 

14/07/2015. La Vigie du Villard en juillet (2008-2014).

Vampire plutôt que vigie, je boucle depuis la pénombre froide de ma cave, et en cette date qui fait comme une borne, cette rétrospective de juillet 2008, juillet 2009, juillet 2010, juillet 2011, juillet 2012, juillet 2013 et juillet 2014

 

 

 30/06/2015. Sorties de route en juin 2015.

Derniers textes de la saison, avant la probable interruption estivale... Voici donc : L'insouciance - Bleu livide - Je pars en voyage - Perdre la route - 2 M.M.S. - Moderato palpitare - La musique, les mots, les fleurs - A l'écoute de l'été... 

 

 

30/06/2015.  La Vigie du Villard en juin 2015, dix nouveaux textes: Musique et tremblements - Le soleil cogne à votre porte - Retour à Beauvoir - Le bruant jaune - La paix en mon jardin - Musique et tremblements (2) - Jour de fête - Solstice d'été - Nuit de veille - Le Nan Laguyan.

Le temps, le deuil, la musique, tout ce qui tremble : un mois de juin ordinaire mais intense. Je termine la mise au Net de ces notes avec, posé près de moi, le Bayan qui m'accompagne : c'est un bel instrument, rassurant, d'un beau noir qui brille comme le stylo Mont-Blanc... 

 

 

29/06/2015. La Vigie du Villard en juin, suite de la rétrospective...

Juin 2008  (Rêves de juin - Nuit froide - Fragments 1 et 2 - L'éternité à La Table) - Juin 2009 (Attendre un ami - Ainsi ! - La nuit à nu - Veilles de départ - Des adieux - Le temps des escapades) -  Juin 2010 (La menace - Premier orage - Le refuge - L'orage est si loin...) -  Juin 2011 (Les cinq mondes - A la dérive - Petite épiphanie en juin - Le temps d'habiter)Juin 2012 (La fin du chat - Vastes - Le mouroir - Écrire pour ne pas mourir? - Le rituel du bus - La chanson de David - A la terrasse du sud - Dans l'affaissement des lattes...)Juin 2013 (En secret - Soliloquant - Des adieux - Premier orage - Festival d'été - Journée rouge - D'un souffle malhabile - Au retour de l'été - Seul - Le début, la fin)Juin 2014 (Jours de juin - Regardant mon enfant dormir - Les voiles de juin - Solstice d'été - A la dérive). 

 

 

19/06/2015. À l'abade en train... le temps d'un aller-retour.

Qu’on ne parle pas d’acte manqué : je voulais vraiment partir, voir Bruxelles que je ne connais pas, retrouver des amis, en découvrir d’autres, toutes choses qui enrichissent la vie. Le voyage, bêtement interrompu, s’est transformé en un aller-retour en train que ces notes ne sauvent pas de l’inutilité... 

 

 

13/06/2015. Fête de la musique à l'église de La Table...

avec l'ensemble d'accordéons de Raphaël, de beaux morceaux d'accordéon et de chant, l'ensemble vocal et l'orchestre cadet de l'école de musique... Grand merci à la municipalité de La Table pour l'accueil et le buffet, grand merci à Gilles et à Raphaël. On trouvera en rubrique vidéo une trace (épargnée par les caprices d'un caméscope défectueux) de ce qui fut pour moi le premier concert (avec ses ratés). Léo, après une "Petite horloge" russe bien remontée mais pas filmée et pendant que l'averse gronde, interprète "Il en faut peu pour être heureux" en solo et une "Petite pièce slave" en duo, puis je joue un extrait de la "Chaconne en fa mineur" de Pachelbel.  

 

 

07/06/2015. La salle est immense en été, deux petits fragments : "L'habitude de l'art... et la main qui tremble !", "Carnets (2)". 

 

 

05/06/2015. À l'abade à Paris, juin 2014, "illusions capitales". 

Un mois après les précédentes notes je revenais à Paris pour un colloque consacré à une approche géopoétique de la ville. Les spécialistes liront dans ces lignes des points de convergence, mais aussi des marques de distance par rapport à la dite approche ; les autres profiteront simplement de la balade.  

 

 

31/05/2015.  À l'abade à Paris en mai 2014, le dernier voyage.

On me dit parfois que ce que j'écris n'est pas très drôle, voire franchement morose, et ne remonte guère le moral. Disons que la mise en ligne de ces notes parisiennes est une façon d'assumer pleinement ce rôle de rabat-joie... C'est aussi manière de boucler in extremis un mois de mai chargé en revenant sur une étape importante. Voici donc : "Pontcharra-Paris", "Boulevard des Capucines", "Théâtre d'ombres", "L'accordéon", "Lassitude du touriste", "Buttes Chaumont", "La fin du film", "Un coin d'appartement"... 

 

 

28/05/2015. Sorties de route en mai 2015. Neuf nouveaux fragments: "Le voyage", "Le chantier", "La pluie et le beau temps", "Fenêtre ouverte", "Retrouver le sauvage", "Comment va la route", "En vert et blanc", "Transparence et obstacles", "La route comme un serpent".

 

 

28/05/2015. La Vigie du Villard en mai 2015. Cinq nouveaux fragments: "Entrée en mai", "Phoenicurus phoenicurus", "Veilles de départs", "De la publication en ligne", "L'automne en mai".

 

 
18/05/2015. La Vigie du Villard en mai.
De retour d'escapade on finit de mettre au propre ces notes de mai, tandis que la pluie s'abat sur la fenêtre de toit : temps instable, auquel on ajoute un peu d'instabilité encore... 

Voici donc La Vigie du Villard en mai 2008 (Haïkus de mai - Auprès de l'enfant - Sous le grand portique - La porte des pins - Perdu - Retrouvé!), en mai 2009 (Refuges précaires - Le samsara - Souvenirs épars - Gare de Grenoble),  en mai 2010 (Premier jour - Deuxième jour - Le sursis - Un très beau rêve - La vie est un miracle - Feuille jetée au vent - La vie est un miracle (2) - Dans l'urgence, ce cri), en mai 2011 (Nan du Fruitier - Le nouveau toit - La plume d'or - Soir d'orage), en mai 2012 (Bribes sans titres), en mai 2013 (Au vieux corbeau - Un accident - L'orage - Le grand creux - La grêle - Silence, crépitement - Je ne crois pas... - Ciel et front - L'apogée - Le rêve, la musique - Trop d'eau ! - Entre deux - Petite neige - Grande neige - Le sommeil - La pluie - Paupière lourde...) et en mai 2014 (Au propre - Été froid - Solo - Conversations sur la mort - L'éternité... -  Les catacombes - Les ocelots - Le miroir - Intérieur bulles - Les parapentes).

 

 

01/05/2015. À l'abade aux Mottets en avril 2015 : "le Martin-Pêcheur".

Un foulque glisse à la surface de l'étang, sur laquelle il semble soudain prendre appui, se hisser et, s'enroulant sur lui-même, retomber avec assez de force pour percer dans le miroir de l'eau un petit trou bouillonnant qui se referme aussitôt derrière lui...

 

 

30/04/2015. Cinq nouveaux textes, La Vigie du Villard en avril 2015.

En cet avril lumineux et funèbre on aura bien balancé entre la mémoire du dedans et l'oubli du dehors... "ou l'contraire". Voici donc: Les bouvreuils - Des bougies dans la nuit - L'espace et le temps - Soudain la forêt - Dispersion des cendres.

 

 

 30/04/2015. Sept nouveaux textes, Sorties de route en avril 2015.

Ce mois-ci la route, nonobstant deux bonnes semaines d'infidélité, fut sereine, riche et pleine d'allant. Voici donc : Repartir en avril - Le rideau déchiré - Soleils de face - Même les arbres... - Comme une sortie en mer - Jour jeune, vieille nuit - Les traces sur la route.

 

 

27/04/2015. Les rencontres de la Bibliothèque Municipale d'Allevard. 

En guise de traces de ce moment chaleureux, des images ici, un article . Grand merci à Claude Bachelier et à toute l'équipe des bénévoles de la Bibliothèque pour leur accueil et leurs lectures, ainsi qu'au public.

Photographie:  © Le Dauphiné.

   

 

15/04/2015À l'abade en Camargue, avril 2012: "La beauté vue de loin".

Cette année-là comme souvent, nous nous retrouvions pour une escapade au-dehors, au-dedans... De retour de balades j’écrivais L’éloignement. Longues palabres, longs silences, dont je rassemble ici les bribes avant de repartir.

 

 

14/04/2015. À l'abade à Paris en avril 2007 : nouveau fragment ajouté au puzzle... 

 

 

13/04/2015. La Vigie du Villard en avril. Temps superbe, exubérance ordinaire d'avril. La Vigie, cependant, s'enferme dans ses printemps passés et néglige son tour de guet et la joie de l'abade pour remonter des caves des carnets ces fragments d'images tellement moins colorées que celles du dehors, mais qui permettent néanmoins de maintenir entre hier et demain un lien, une tension sans lesquels le présent serait sans perspective – autant dire invivable.

Voici donc La Vigie du Villard en avril 2008 (Un peu de cette paix - Respire - Trilles et crépitements - La première hirondelle - Enfants perdus - Qu'est-ce que j'y peux ? - Deux bouvreuils - Ce qui rassure - Balade d'avril 1, 2 et 3 - Notes de l'ordinaire - Notes pour pincer - Balade d'avril 4), en avril 2009 (L'Indien du Villard - Nocturnes - En parfaite harmonie - Notes du Gelon - La rumeur de la guerre - En attendant l'été - Jour d'orage - Exploration / Harmonie - Après la tempête), en avril 2010  (Jours de neige - Comme hors du temps - Je n'écris pas), en avril 2011 (Louer le printemps - Notes du jardin), en avril 2012 (L'écrivain de deux ans - Pommiers en fleurs - J'ai perdu le Mont-Blanc - La tempête - Après tempête), en avril 2013 (De la bonté des bêtes - Été court - "Après beaucoup d'années" - Colères - Des maîtres - Un grand renard - Marais du Pontet - Tentative de déploiement - Le rythme lent - Manière de dire oui - Manière de dire non - La plume cassée - Les derniers feux) et en avril 2014 (Les voiles - La musique - Brève averse - Des illusions - Madère - Fêtes printanières - Le livre et la mort - Éloge du verre).

 

 

12/04/2015. Nouveau fragment ajouté à La salle est immense : "Hibou, chou, genou..." Ciel bleu-blanc par-delà la fenêtre close de la salle de classe, à travers laquelle fuse parfois le cri froissé d’un rougequeue. Devant moi, vingt-sept nuques recourbées sur un devoir de réflexion : « l'adolescence, vous connaissez ? » Parfois un visage émerge, qui regarde dans le vide avec un air égaré ou bien se tourne discrètement vers la copie du voisin ou vers le ciel bleu-blanc, en quête de sens ; parfois une porte claque, ou bien on entend les éclats de voix des salles voisines...

 

 

04/04/2015. Archives audio et vidéo. Devant la prolifération de documents audio et vidéo qui menacent d'envahir l'espace dédié au texte (ici comme partout...), j'aménage sur le présent site un nouveau placard qui permettra de mettre de l'ordre dans tout cela. Se trouvent ainsi empilées des images et des voix de diverses époques – l'accordéon, la conque et la clarinette, l'évocation de mon premier livre en 1997 et celle de mon nouveau premier livre en 2015, ou l'hommage à ma mère ; ce qui, au fond, n'est pas très différent du montage ordinairement opéré par l'écriture.

 

 

31/03/2015. Sorties de route, mars 2015 : nouveaux textes.

Ce mois-ci, il est encore question de maisons, de travaux, de discrets effondrements, l'allant de la route ayant le dernier mot... Voici donc : Maisons, maisons - Du deuil - Embarras de mars - Les enclos - Après le frai - Des vestiges - A conserver, à démolir - L'autre monde - Nouvelles traces - Le ravin - Un beau voyage.

 

 

30/03/2015. La Vigie du Villard, mars 2015.

Ce mois de mars, qui s'achève dans le ruissellement des averses, a semble-t-il été marqué par des velléités migratoires autant que printanières... Voici donc cinq nouveaux fragments: Le soleil - Le chant de la terre - Le vent du voyage - Retour en Guyane - Interminablement, la pluie.

 

 

28/03/2015. Présentation de L'éloignement à Cessey-sur-Tille : voir les deux vidéos mises en ligne. Un grand merci à Marie-Thérèse Mutin, à Isabelle Mutin, à tous les bénévoles des éditions, aux lecteurs et au public venu nombreux.

 

 

23/03/2015. La salle est immense, printemps : "la voix du poète", quelques mots pris au vol pendant la venue de Jean-Pierre Chambon au collège ce jour. Aujourd’hui  ce n’est pas moi qui parle. Dans la grande salle polyvalente du collège, pendant qu'au-dehors les rougequeues froissent leurs copies, Jean-Pierre Chambon fait face à mes deux classes de Troisième...

 

 

20/03/2015. Rencontre à Novalaise. (Vidéo ici)

Ce soir je m'arrête à la croisée des routes. Ce bar-restaurant de L’Étape où se déroule la rencontre, je suis passé devant des années durant pour rejoindre la maison familiale. Je suis assis sur ce tabouret rouge face à la baie vitrée qui donne sur le carrefour et, pendant qu’Élodie Jamen parle d'Éthiopie, de Rimbaud, de Polynésie, pendant que François Pérez évoque le Groenland et cette civilisation inouïe des Inuits que son père a connus en compagnie de Charcot, je regarde passer mon fantôme... [Lire la suite.]

 

 

08/03/2015. La Vigie du Villard, retour sur mars et suite de la rétrospective...

Voici quelques bribes détachées des carnets et datées de mars 2008 (Lampes allumées - En balade - Neige de mars - Dehors), mars 2009 (Des visites - Au lieu d'écrire - A l'abade - Un forçat heureux - La mort, le monde), mars 2010 (Les signes semblaient favorables - Sidérante douceur - L'insouciance - Musiques - L'amour), mars 2011 (Le temps sera venu d'habiter), mars 2012 (En équilibre - Hors-temps - De très loin - Printemps lointain - Les drames), mars 2013 (La maison vide - Ô ce volet qui bat - Vent de mars - Lièvres et rougequeues - Des paroles nécessaires - Traces - A la hulotte - La lumière -  La terrasse - La douceur - Le brouillard - L'étrangeté - Nos vieux chanteurs) et mars 2014 (Phoenicurus ochruros - Équinoxe de printemps - Le monde rouge - Dernier souffle - Le troisième voyage).

 

 

01/03/2015. La Vigie du Villard, février 2015 : nouveaux textes. 

Ce mois-ci, dans l'habituel jeu des ombres et des lumières, du dehors et du dedans, du feu qui protège ou qui ravage, de la réalité et du rêve, l'avantage est aux ombres... Voici : A la lune - Chaconne - Lumières & ombres de février - L'incendie - Entre deux rêves - Nocturne (et la vidéo de la chaconne jouée sur Pigini Maxiconcertino).

 

 

28/02/2015. Sorties de route, février 2015 : nouveaux textes.

Route de nuit, février. Et après ?  Après, encore quelques virages et quelques textes qui parlent de la route, du voyage, de tout cela qui nous file entre les pneus et qui est si précieux: Matin de neige - Sur la route ordinaire - Des miettes - Où sont les signes ? - Dernier aller de février...

 

 

21/02/2015. Textes ajoutés à Portes battantes, fenêtres ouvertes : le compte rendu d'une rencontre avec Jean-Pierre Siméon à la Maison de la Poésie (initialement publié sur le site de l'Atelier du Rhône), et celui d'une rencontre entre Jean-Marc Undriener et Jean-Pierre Chambon, "Le dehors et le dedans" (avec, en filigrane, un écho à la belle exposition Giuseppe Penone au Musée de Grenoble).

 

 

16/02/2015. «Un livre attachant sur une recherche intérieure au contact de "l'infamilier", si j'ose dire, toutes attaches rompues, et avec l'écriture (en l'occurrence ici riche et précise) en ligne de mire, comme point d'ancrage désiré...»: Entre la parution d'un nouveau livre (Regarder l'océan, Stock) et celle du nouvel album (Éléor) Dominique A évoque L'éloignement dans son carnet, merci à lui ! Pour toutes sortes de raisons, cela me va droit au cœur.

 

 

 

09/02/2015. Quelques lignes ajoutées à La salle est immense"le temps d'une averse de neige"...

Il a neigé, beaucoup, sur Allevard comme partout en montagne, et il neige encore. La classe clairsemée planche sur un devoir : Que pensez-vous de cette phrase de la chanson de Cat Stevens dans Harold & Maude, if you want to be free, be free? [Lire...]

 

 

08/02/2015. La Vigie du Villard poursuit sa progression rétrospective avec quelques fragments de février pour cette lecture en forme de mille-feuille hivernal...

Voici donc les notes de février 2009 (Soir d'hiver, lisant - L'art et la maladie - Jours d'hiver - Lové dans l'hiver - Pour se souvenir - Ailleurs), février 2010 (Éloge funèbre - Mondes et habitants... - En retraite - Pierre poreuse - L'averse - Cauchemars - Retour au calme - Les signes du printemps), février 2011 (Peu de traces), février 2012 (Travail - Cauchemar - Débâcle) et, pour mémoire, février 2013 (Hokusaï, le Patron Morin et les eucalyptus - Lâcher-prise (Joël Vernet) - Domme - Premier appel - Filigrane à la fenêtre - De nouveau la neige - Montagne, fin d'hiver) et février 2014 (Écrire avec la neige - Intérieur vide - Débâcles - Carabus intricatus).

 

 

 31/01/2015. Neige, glace et grand froid: ce n'est pas le moment de sortir, mais de mettre en ligne ces dernières bribes du journal de bord La Vigie du Villard, janvier 2015, histoire de laisser place à février qui, n'en doutons pas, nous "mettra à genoux"... Il y est une fois encore question d'hiver, de rêves, de poésie, de fenêtres, et des rapports entre tout cela. Voici donc:

Neige, neige et encore neige, toute la nuit et, après une accalmie ce matin, toute l'après-midi. Janvier s'achève sur le triomphe de la neige... - Gratter la glace - Écrit en liberté - En attendant la neige - La nuit, la neige - Au piège du réel - Crépuscules - 7 ans de neige.

 

 

29/01/2015. Voici, après un temps de silence imposé par les aléas de la technique, quelques nouveaux fragments ajoutés à la rubrique Sorties de route, janvier 2015.

Avec la neige la route se resserre, qu’on ne voit plus que dans un encadrement de glace et d’arbres croulants... Je dis: la route... - Tout est nouveau!... - Une aube sans nuages - La lumière - Dans l'île fragile - La route sous la neige - Dans la nuit - Le bus scolaire - Choses vues (1) - Choses vues (2) - Des ombres 

 

 

16/01/2015. Nouveaux textes ajoutés dans la rubrique À l'abade !

Dans l'attente de la neige je lance ces lignes-là d'un janvier à un autre, qui évoquent Chambéry-le-Haut (Chambéry, la neige en janvier) et Paris (Paris, janvier). Pendant ce temps, la pluie s'abat sur la fenêtre de toit et la température dégringole...

 

 

11/01/2015. Nouveaux textes ajoutés à La Vigie du Villard.

Cette année, La Vigie retourne en arrière en juxtaposant les notes qui vont de l'installation au Villard (février 2008) jusqu'à l'été qui a suivi L'éloignement (2012). Manière de boucler la boucle, de prendre la mesure du temps, et de vivre je l'espère avec intensité un présent diffracté aux miroirs du passé...

Voici donc, en ce mois de janvier 2015, les notes de février 2008 (Là-bas, ici), janvier 2009 (Malades en hiver - L'emménagement - Les bruits de la nuit - Le joueur d'échecs - Ces simples traces), janvier 2010 (Nouvelle neige - Clément - Gampopa, le feu, la neige - Du présent - La fin - La dernière chambre) et janvier 2012 (Des adieux - Fragments genevois - Un éveil - L'alarme - L'autre voyage - Ensevelis). 

 

 
06/01/2015
. À lire dans Le Bien Public de ce jour : "J'ai marché jusqu'au chemin rouge" (sur L'éloignement).  Lionel Seppoloni, après des années blanches du côté de Chambéry, et quelques années noires du côté de Lyon, traverse des années “vertes”. Un moment de sa vie où il renonce à écrire des livres, dit-il. Mais il prend des notes… La preuve par l’écrit, puisque tout ce livre, L’Éloignement est imprégné de l’ambiance lourde, tropicale, de la Guyane française, où il vit...

Et dans les pages "Savoie" du Dauphiné d'aujourd'hui : Lionel Seppoloni, professeur, écrivain et musicien, par Brigitte Mauraz. L’écriture qu’il qualifie "de relais pour aller vers une vie plus intense", est un exercice pratiqué au quotidien. Sur le chemin du collège, il chausse chaque matin “sa paire de lunettes pour mieux vivre” et l’écriture prend alors une dimension de partage... Alors que l’écriture aurait pu le conduire sur le chemin du repli et de l’enfermement, la musique, synonyme d’ouverture sur les autres, a constitué son antidote. Et d’ajouter : "La musique corrige les travers de l’écriture". (...) Publications d’ouvrages, ateliers d’écriture, écriture en ligne sur internet : la vigie du Villard conjugue à tous les temps et à tous les modes, les verbes donner, recevoir et échanger. Et de conclure : «Dans une époque difficile, l’espace devient plus habitable en allant vers les autres»...

Photographie: Brigitte Mauraz, pour Le Dauphiné.

 

 

05/01/2015. À lire dans Le Dauphiné de ce jour : "Seul face à la nature..." (à propos du Grillon de l'automne).

La photographie ci-contre est de Sylvain Poujois. Voir ici l'article : Lionel Seppoloni, auteur Rhônalpin amoureux des lettres et de la montagne. Les rêveries d’un promeneur solitaire.

Je signale par ailleurs que je dispose désormais d'une page "Facebook" sur laquelle je ferai figurer les actualités publiées ici, et qui permettra des échanges plus directs et plus conviviaux. 

 

 

30/12/2014. Voici, pour terminer l'année, quelques textes de La Vigie du Villard : Le temps des fêtes - Première neige - Jour de givre - Le printemps en décembre - Un soir en hiver - Givre bref - Le feu - Le monde blanc. On se réveille dans un nuage. Non pas dans un rêve ou le prolongement d’un rêve, mais bien dans la réalité grise, poisseuse et froide d’une asphyxiante masse nuageuse qui fait dire à chacun que cette fois ça y est, l’automne a fini par finir et le gris a gagné...  [Lire]

 

 

29/12/2014. Rubrique "Portes battantes...", en attendant un texte qui tarde à venir, cette lecture offerte de la ô combien précieuse et bouleversante Leçon de Philippe Jaccottet.

 

 
29/12/2014
. Dans la rubrique "Portes battantes, fenêtres ouvertes", un petit compte rendu de lecture d'un des derniers livres de Laurent Margantin Aux îles Kerguelen, et quelques considérations personnelles au sujet de la publication en ligne. 

Ce petit livre riche et touchant, qui laisse une impression forte et reste assez énigmatique pour inciter à une rapide relecture, réussit à emmener son lecteur dans un lieu vraiment inconnu qui n’est pas le Kerguelen des documentaires mais un Kerguelen livresque, mental, propre à chacun et d'autant mieux partageable, un lieu pareil à ces îles vues en rêves où certains de nos plus chers disparus reviennent parfois nous rendre visite. Ce petit livre, en ligne ou sur papier, est un vrai livre. [Lire] 

 

 

20/12/2014. Un nouveau fragment ajouté aux "notes de l'entre-temps", rubrique "salles d'attente"... du dentiste. Enfermé dans cette petite salle blanche en compagnie d’une poignée de compagnons d’infortune, coincé entre un téléviseur qui diffuse des publicités pour des disques (je reconnais Nina Simone et me dis que j’aurais pu plus mal tomber) et une fenêtre barrée par un haut mur au crépi ocre sale, je résiste tant bien que mal à la tentation de me barrer aussi... [Lire]

 

19/12/2014. Sorties de route, décembre 2014. Un socle vide - Peu à voir, peu à dire - Conduite de nuit - Route barrée, fleurs fanées - Petite neige - L'aube à voir - Le charme encore vif de la route - Dernier retour. [Lire]

 

 

18/12/2014. Lecture de quelques poèmes au fil de L'éloignement : Face au mur - Fêtes funèbres en pays wayana - Soudain le silence - Dans le ventre des mots déposer la douleur - La table - D'où tu viens ? - Les paresseux - Géographie incarnée - Dans l'urgence, ce cri - La soumission.

Lecture de deux extraits du Grillon de l'automne : Le grillon de l'automne - Notes de ma maison de l'alpe. 

 

 

12/12/2014. En partenariat avec les éditions "Livres du monde", l'association "La route bleue" propose à son catalogue une lecture-rencontre sur le thème : « La littérature du dehors » - trente minutes de lecture (Jacques Réda, Gilles Lapouge, Jack London...) suivies de trente minutes d'entretien autour de mon travail et du thème. Voir les conditions et les renseignements ici : La route bleue / animations.

 

 

07/12/2014. Souvenirs de scènes : Barbara, une rose à nos mémoires...(Laisser remonter à la surface de la parole ces sortes d'images-là, chaleureuses, douloureuses, printanières, colorées, alors qu'on s’enfonce dans le brouillard d’un hiver sans neige et sans autre perspective que plus obscur, plus opaque, plus froid − c'est peut-être allumer une lampe, ou poser l’offrande d’une bougie ou d’une fleur devant les portraits de nos morts ?)  [Lire]

 

 

29/11/2014. Quelques nouveaux fragments dans les rubriques "mensuelles":

-> La Vigie du Villard, novembre 2014 : Le Cheval de Turin - Trois images - Le retour des beccroisés... [Lire ici]

-> Sorties de route, novembre 2014 : L'automne en novembre - Quelques trouées - Matins mouillés - Exercices d'attention - Partition de novembre - Les fougères du givre - En voyage - Le paysage bouge... [Lire ici]

 

 

26/11/2014: Quelques "souvenirs de scènes" anciens ou très récents : Reggiani, Olympia 81 - Music-Hall - Jean Guidoni, Paris-Milan - Béa Tristan au Monto'zar... [Voir ici].

 

 

25/11/2014: nouvelle rubrique, Souvenirs de scènes.

Dans ce sous-bassement sombre de l’Atelier on trouvera, arrachées aux pages jaunies des revues, au flou des photos anciennes, à la poussière des affiches roulées sous les combles et qu’on ne déroule plus ou au papier glacé de celles toutes récentes qu’on punaise encore aux murs, les évocations de certains de ces souvenirs de scènes qui balisent le parcours aussi sûrement que les marches en montagne, les voyages ou les livres...  [Voir ici]  

 



22/11/2014: à "L'Esperluette",
salon du livre de Cluses.

On a roulé sur l’autoroute blanche de nom comme de brume jusqu’au salon du livre de Cluses. Au-dedans, des souvenirs de vautours dans le Bargy (Georges Bogey me dit qu’ils s’y portent bien – mieux, en tout cas, que les bouquetins qu’on y a récemment abattus) ; au dehors, des images de moutons assoupis dans l’herbe rase avec, au beau milieu, un héron cendré jouant les sentinelles... [Lire la suite]

 

  

05/11/2014: La salle est immense ! Dans le creux d’un jeudi ordinaire –, dans le vague, le terne et les éclats brefs de septembre –, cognant contre les vitres comme cette mouche folle –, stagnant entre deux ciels comme ces pans de brume –, me laisse aller, tout laisse aller... Un nouveau fragment ici

 

 

01/11/2014: Quoi faire de l'entre-temps ? Un nouveau texte ajouté à la série "L'école de musique": Vite voir... [et lire ici]

 

 

30/10/2014: La Vigie du Villard, octobre 2014. Les chauves-souris. - De l'effacement des traces. - Musique et L'éloignement... Pendant que chacun s'affaire à l'intérieur des maisons, la pleine lune d'octobre disparaît doucement à l'horizon noir, et semble poser sur notre hâte un regard narquois... [Lire]

 

 

30/10/2014: Sorties de route, octobre 2014. La route, la musique, l'écriture...  La route n’a rien de musical. Même si je tente de la déchiffrer pour en faire une sorte de musique, la route n'est pas une partition. Manque ici la pulsation, que le mouvement intermittent des essuie-glaces rappelle mais ne remplace pas... [Lire la suite]

 

 

17 et 18/10/2014: présentation du Grillon de l'automne au Grand Bivouac d'Albertville.

Finalement on se retrouve là, sous cette tente blanche du Grand Bivouac d’Albertville où il commence à faire chaud, assis derrière une pile de bouquins comme n’importe quel artisan venu vendre au marché le fruit de son travail (moins odorant et moins coloré que les épices, moins précieux que les bijoux, moins enivrant que les liqueurs et moins nécessaire aussi que la plupart des denrées qu’on trouve sur les étals)... [Lire la suite]

 

 

18/10/2014

Parution de L'éloignement, voyage au pays sans nom aux éditions Mutine.

 

Cessey-sur-Tille, éditions Mutine

259 pages, format 14x21cm, 18 €

ISBN 978-2-911-573-74-3

disponible dans certaines librairies (Allevard, Chambéry...), via le site des librairies ou sur certains sites de vente en ligne (Priceminister, Leclerc, etc.), ainsi que sur le blog des éditions Mutine.

 


 

16/10/2014

Parution de Le Grillon de l'automne, sur les chemins de l'alpe aux éditions Livres du monde.

Annecy, Livres du monde, collection Mondes ouverts poche

Broché, 128 pages, format 11x17cm, 8.00€ 

ISBN : 978-2-919117-23-9

ISSN : 2262-7510

disponible dans certaines librairies (Annecy, Allevard...), sur le site des librairies ou les sites de vente en ligne (Fnac, etc.) et sur le site de l'éditeur.