Index de l'article

 

 

 

 

DU PEINTRE

 

 

 

Pierre me raconte son travail de peintre 

(attention : le bleu de Prusse 

est annonciateur d’infarctus). 

L’arbre, le lieu, l’objet, l’image, 

surtout lui parlent. 

Sa tâche est d’abord de 

se mettre à leur écoute 

différencier, distinguer

laisser se faire le choix de l’image-prétexte 

puis laisser se déployer 

la présence vibratoire 

des formes sans paroles. 

Du jeu des diagonales 

émerge cet espace 

qui tient tout le travail 

(parfois, un petit rond vide) 

puis on ajoute les fonds

d’ombre et de lumière. 

Œuvrer, toucher, relâcher, 

y être, en partir, y revenir 

cela dure dix ans parfois 

ou dix jours. Tu ne sais pas. 

Tu n’es pas l’auteur de ta toile. 

Tu ajustes à l’infini 

d’infimes détails 

d’où le Tout émerge

puis l’ouvrage est terminé

et tu quittes le tableau 

comme la vague se retire 

laissant place nette 

pour le prochain mouvement.