Index de l'article

 

 

 

 

 

L’AVEUGLE À LA FENÊTRE NOUVELLE

 

 

 

La fenêtre de la chambre nouvelle

donne sur l’esplanade 

je pousse la table 

devant le chambranle 

où déjà s’entassent les livres

le soleil envahit la pièce et

je ferme les yeux 

quelqu’un joue de la guitare 

quelqu’un chante quelque part 

quelqu’un chante

la table offre 

un nouveau support

sur lequel je m’appuie 

comme un aveugle sur sa canne 

c’est bon c’est solide 

c’est posé ancré fixé 

ça ne vacillera pas

la table et la plume 

m’offrent leur support

et les cauchemars

comme les rêves se dissolvent :

plutôt la ruine que le rêve

— au travail !