Index de l'article

 

 

 

 

 

LES NUAGES HABITENT LE CIEL

 

 

 

1.

 

Les nuages

habitent le ciel

comme nos pas le sol

et nos déambulations 

laissent derrière nous

des sillages de poussière

que nul ne remarque

mais qui délimitent

au sein de l’illimité 

notre territoire 

(un film pris d’un satellite

montrerait cela).

 

 

2.

 

Les nuages 

habitent le ciel

comme les corneilles 

qui le traversent en criant

comme la clameur des cloches

des voix, des voitures

qui montent se perdre en lui

(cette motocyclette qui fonce 

avec un vrombissement incroyable

exprime une envie de vivre 

quasiment cosmique).

 

 

3.

 

Les nuages habitent le ciel

avec une légèreté qu’on leur envie

ils n’occultent rien

mais rehaussent l’aube et 

rendent visibles et palpables presque

les pans de ciel restés bleus

de ce bleu vertigineux

qu’on boirait bien pour un peu 

ou qui nous boirait.

 

 

 

4.

 

Auréoles du soleil

les nuages habitent l’aube comme

les montagnes l’horizon

et dessinent avec elles

le contour flou des premières 

flaques de clartés

qui frappent le paysage 

puis s’épanchent comme des plaies.

 

 

5.

 

Les bosquets forment des îles

les maisons sont des bateaux

le bruit de la route alors

s’amplifie en un ressac

le soleil émerge

et prend ses quartiers dans le Fort

tandis que mon ombre danse

Christ sans croix

silhouette chamanique

dessinée démesurée

sur la toile de la tente

le soleil 

habite ciel et terre

partout révélant les formes 

les mouvements de la vie

en la pierre en l’arbre en l’homme.

 

 

7.

 

Dès lors tu habites aussi

le Fort de l’Esprit 

révélé par le soleil

par tes pas tes traces

par ces traits noirs que tu traces

tu t’espacifies

tu étires tes nuages

tu te fais clair tu t’effaces

tu laisses place vaste.