En cet été faste et déjà funèbre j’écrivais comme un fou. L’éloignement terminé je craignais plus que tout de rester enlisé. Comme une barque lancée je poursuivais sur mon erre. Ce fut ainsi un bel été, faste et funèbre.