Vigienovembre2012

 

 

Et tu te laissais aller alors 

à cette nuit de novembre

qui était un poème aux crêtes argentées

cernée d’ailerons noirs...