Index de l'article

 

 

 

PREMIÈRE NEIGE

 

 Vigieoctobre2012neigebis

 

Défilé de nuages très noirs et de brouillard – les dernières feuilles orangées du cerisier défait par les bourrasques de la nuit battent dans la grisaille comme de petits voiliers en perdition. Après beaucoup d'hésitations l'averse de pluie s'est muée en averse de neige, ce crépitement neuf à la fenêtre du toit ; mais les flocons trop petits fondent sur la terre chaude, et cette première offensive de l'hiver ne laissera probablement guère de traces. Le carillon et les oiseaux, néanmoins, s'affolent. 

 

Vingt-trois heures, on regarde sans y croire la neige qui tombe sur la neige, le jardin enseveli, le parasol, les jeux oubliés de l'automne ensevelis. On disait sans y croire que l'automne était si précaire, qu'une bourrasque ou une averse de neige trop précoce suffirait à en ternir l'éclat. On y est, cette nuit pourtant d’octobre où l'on regarde sans y croire la neige qui tombe sur la neige. 

 

Plié, ployant sous le poids de la neige, le bouleau menace de casser ; on le secoue très légèrement pour ne pas abimer les branches fragilisées, ajoutant une averse de neige à l'averse de neige : il demeure à terre, mais réapparaissent les couleurs dorées des feuilles automnales, seules traces polychromes dans le noir et blanc du paysage hivernal. 

 

L'hiver précoce

a jeté l'automne à terre

bouleau ployant sous la neige

 

Sous la neige lourde

comme les pièces d'un trésor enfoui

les feuilles d'automne

 

Lumière blanche

au tableau de la fenêtre 

qui nous éblouit.

 

27 octobre 2012