Index de l'article

 

 

 

« L’ABSOLUE ÉTRANGETÉ D’ÊTRE ME SAISIT… »

(Philippe Jaccottet)




L’absolue étrangeté d’être me saisit : ces milliers d’années où l’on n’aura rien été et ces autres milliers probables où l’on ne sera rien, sinon, peu de temps encore, une image ou une parole préservées dans le rêve d’un autre ; et entre ces deux vides, la possibilité d’être traversé, dans un rêve, par ces reflets de choses ou d’êtres morts et ces éléments seulement imaginés, pour ensuite rouvrir les yeux et retrouver les « vraies » fleurs (…). Le vertige a vite fait de vous prendre.

Philippe Jaccottet, Taches de soleil, ou d’ombre,
éd. Le Bruit du Temps, 2013, pp.153-154