Index de l'article

 

 

 

LA DISTRACTION

 

Vigieété2016retraite6

 

Temps très sombre, journée morne pendant laquelle on attend un orage qui ne vient pas, ne viendra pas, finira en crachin.

L'interruption due au hasard, ce n'est pas la distraction, qui est une façon de fuir ce qu'on a à vivre. Répétant ce matin la « Polka italienne », me suis dit qu’il serait dommage de partir en Normandie sans accordéon. Comme le Pigini prendrait à lui seul la moitié du coffre, j’ai ressorti le Crucianelli, apprécié la puissance et l'expressivité de ses trémolos musette, et décidé d’arranger sa sangle main gauche (trop lâche) et de changer les bretelles (très usées). C’est ainsi que j’ai cassé la sangle, qui n’est pas facile à enlever, et passé une bonne partie de la journée à tenter de réparer, puis à rechercher une sangle de rechange qui convienne sur Internet (une gageure). J’ai appris beaucoup de choses sur les sangles, les vis et les rivets, parcouru des centaines de pages, converti en euros des francs suisses, des dollars et des monnaies que je ne connaissais même pas, perdu de vue le pourquoi de tout ceci, sans même régler le problème. S’astreindre avec plus de rigueur à l’emploi du temps aurait évité ce fiasco.

À présent la nuit est tombée, juillet est terminé, et tout cela laisse un goût d’inachèvement dans la bouche. Je reprends La route ordinaire, dont la relecture me déçoit et m'exaspère (ce qui signifie qu'il faut que je bosse).

Si seulement l’orage finalement éclatait…

 

31 juillet 2016