Index de l'article

 

 

 

Attentes en automne

 

 

Vigie092020attente

 

 

L’attente dans la nuit, l’attente du mardi, l’attente des belles heures encore me tend, se retend, me retend, se détend et se retend autrement quand survient le moment.

 

Dans la chambre Bevinda fredonne ses mélopées de jasmin.

 

Le ciel gris du dehors rehausse l’or du dedans.

 

Nul coup de feu ne perturbe les bois car c’est jour de relâche, jour sans chasse, jour de paix.

 

Seules tremblent les moustaches du chat qui rêve et les cordes de la guitare sous les doigts du musicien.

 

L’attente du matin, l’attente du mardi, l’attente qui prend fin se détend dans l’accueil du moment : le bel automne est là.

 

 

 

© Lionel Seppoloni, tous droits réservés.