Index de l'article

 

 

 

À TOUS LES MARINS

 

Routefévrier201603

  

Dans un beau vacarme de vagues

se brisant sur le parapet

le vieux rafiot polluant en diable

reprend la route et fonce exprès

dans les ornières et les flaques.

Passé Répidon ça crépite

plic-plac et plic et plic et plac

ça grésile sur le par'brise −

sûr que le marin du virage

qu’on a quelquefois pris en stop

adorerait tout ce tapage

ces plic et ploc et plic et ploc

cette chanson dégingandée

intranscriptible au computer

qu’offre la pluie de février

à tous les marins sédentaires.

 

 

3 février 2016