Index de l'article

 

 

 

LE VOYAGEUR DU TEMPS

 

Routefévrier201608

 

À fouler de jour en jour

comme loup en cage

la même route ordinaire

le même chemin

je ne suis pas un marin

je ne suis pas un trappeur

et si je suis voyageur

ce n’est que du temps

 

Je vais d’une saison l’autre

scrutant sur l’asphalte

les traces les chausse-trappes

du temps qui grimace

qui grise qui grime

qui étend ses ombres

qui tend ses filets

qui tend

 

Quatre saisons cinq vitesses

je file d’un matin l’autre

offrant au présent

ce voyage d’un seul jour

qui tous les rassemble

en ce fleuve d’une année

où vogue la permanence

où stagne le temps

 

Pendule j'oscille

d'un versant à l'autre

de la blessure du temps

je plonge dans ses brouillards

me cambre en ses courbes

tangue en ses torrents

remonte en ses rus

et de jour en jour me tend.

 

8 février 2016