Les  circonstances  dans  lesquelles  ce  petit  livre  a  été  écrit sont évoquées dans L'éloignement, auquel il est intimement lié : d'une part, un séjour refondateur et solitaire effectué en  août-septembre  1996  dans  le  massif  des  Aravis ;  d'autre part, quelques mois parfois difficiles et en tout cas étouffants passés  dans  un  bourg  isolé  de  l'intérieur  de  la  Guyane  en 2000-2001. 

D'abord  publié  par  les  éditions  de  l'Atelier  du Héron fin 2004, il est aujourd'hui réédité en poche dans une version revue et corrigée par les éditions Livres du monde. On peut écouter ici deux extraits de la dernière partie, "Carnets d'automne": "Le grillon de l'automne" et "Notes de ma maison de l'alpe".

Annecy, Livres du monde, collection « Mondes ouverts poche », octobre 2014. ISBN : 978-2-919117-23-9 - 8 euros - disponible dans certaines librairies, en commande sur les sites de vente en ligne et sur le site de l'éditeur : http://www.livresdumonde.fr

 

Prix du 8ème Salon du Livre d'Allevard, en août 2015.

 

4ème de couverture :

Que se passe-t-il lorsque l’on décide de partir, de faire trois pas de côté hors de la route ordinaire, de marcher seul sur les sentiers de l’alpe, d’allumer la petite ampoule du dehors, de rester dos à la terre, face au ciel, à assister au colloque des geais et de la brume, à recevoir l’inattendu d’une bourrasque ? Questionnant notre rapport au Dehors, attentif aux sensations, aux émotions qui naissent de la rencontre avec le lieu, Lionel Seppoloni risque une réponse et nous propose de la partager dans ce récit de ses errances à travers les forêts, les alpages et les « terre vaines » des Aravis.

 

*

 

« Voilà un de ces rares et vrais livres, hors normes, qui réussit à nous faire sortir de nous-mêmes (ou ce que l’on croit tel) et, sans rênes, nous mène à l’essentiel : la nature, loin de laquelle l’homme n’a pas lieu d’être. L’auteur tente de renouer avec le monde un dialogue vivant. Il part se perdre au cœur de la montagne pour mieux se retrouver, vivant plusieurs mois en ermite dans un chalet d’alpage. Son récit, ponctué de haïkus et de poèmes, nous restitue les sensations, les émotions et la découverte de cet espace mental qui reste à explorer dans le vide des terres non encore saccagées. Il cite Kenneth White, Gilles Deleuze, Nicolas Bouvier. On pense aussi à Bachelard, Thoreau, Lao-tseu, entre autres. L’auteur, à « contre-narcissime », accompagne le lecteur, complice, et avec l’arbre, le vent, l’herbe folle, nous savons enfin qui nous sommes. »

Catherine Perrin, pour Terre sauvage.

 

*   *   *

 


« Avant-hier  soir,  le  petit  grillon  de  la  terrasse  stridulait  encore  comme un  damné. Comment pouvait-il, par ce froid ? Depuis, je ne l’ai plus entendu, mais l’écho de son chant continue à résonner dans ma solitude. Je ne peux plus marcher qu’en boitant d’une fenêtre à l’autre, j’ai épuisé la réserve de bois et la maison est glacée, tout me rappelle que la fin du séjour approche et que je reste seul ; et moi aussi je chante sans raison, brûlant du bonheur d’être là, et frottant de plus belle l’élytre du stylo contre les pages du carnet… »


(extrait, page 100)

 

*   *   *

 

SOMMAIRE DU LIVRE

 

Naissance d’un arbre en automne

 

1. La porte de la voiture a claqué…

2. Le soleil, au matin suivant…

3. Caresse à peine…

4. J’étais rentré à pas lents…

5. Un rai de lumière…

 

 

Le chemin de l’alpe

 

1. Cinq heures…

2. Flashes rouges…

3. Un aigle cerclait…

4. Odeur de réglisse…

5. Huit bornes blanches sur un chemin de retour

 

 

Le Soleil et la Lune

 

1. Fêtes solaires à la Maison de l’Ouest

2. Le Visage de la Lune absente

 

 

 

Le sentier des terres vaines

 

1. Remontant l’Arrondine

2. Zone de combat

3. La Gouille aux Fours

4. Le sentier des terres vaines

5. Un tout petit croissant de lune

 

 

 

Carnets d’automnes

 

1. Le grillon de l’automne

2. Notes de ma maison de l’alpe

3. Le chant de l’alpe

4. Un étrange oiseau plasticien

 5. Épilogues :

I. Retour vers la montagne 

II.    Duo d’en haut, une séance de haïku au lac du Génépy

III.    L’aube à Lyon

IV.    L’Inattendu (notes de Guyane en saison sèche)

 V.    Fête lunaire au Fardellet