Index de l'article

 

 

 

Pariétales

 

 

Vigieavril2106

 

 

Des heures durant je travaille sous les combles pendant que les enfants jouent, et leur présence tonitruante ne me distrait pas (dans le casque Coltrane annihile tous les autres sons) mais me rassure. Puis, ce Vingt Avril, un peu avant, un peu après minuit, je lance la parution de Pariétales, le deuxième livre de ma collaboration avec Jérôme.

 

Tout le mois aura été marqué par les nuits courtes passées à peaufiner la mise en page et le texte, sur lesquels je continue à revenir dans les jours et les nuits qui suivent. Je constate avec étonnement qu’il m’aura fallu attendre presque neuf ans avant d’aboutir à ce petit volume, alors que les poèmes qui en constituent la principale trame – les notes prises en Dordogne au printemps 2012 – ont été le premier texte publié de mon retour à l’écriture, avant même L’éloignement, sur le site de l’ « atelier géopoétique du Rhône ».

 

Je ne sais pas si c’est la conscience du temps passé qui m’a soudain affolé, ou bien la seule envie de fêter comme il se doit le soixante-dix-septième anniversaire de la naissance de ma mère, ou encore la nécessité de publier d’une façon ou d’une autre ces textes-là avant de pouvoir travailler notamment au Roman de Madère – toujours est-il que je me sens, comme chaque fois, étrangement vidé, avec un mélange de soulagement, de tristesse (parce que j’ai conscience de la vanité de cet acte) et de joie (parce que c’est fait et que je ne pouvais pas ne pas le faire).